Projets dans le cadre du Plan d'action national intégration

Dans le cadre du Plan d'action national d'intégration (PAN Intégration), le Département de l'intégration du ministère de la Famille, de l'Intégration et à la Grande Région soutient chaque année des projets phares.

En 2021, 10 projets ont été selectionnés. Ces projets s'articulent autour d'un des deux axes "Diversité et lutte contre les discriminations"
et "Apprentissage et pratique des langues".

Trouvez ici la liste des projets PAN retenus dans le cadre de l'appel à projets 2021:  

VISIBLE
©Ally Book Club / Jennifer Lopes Santos Ally Book Club projet Visible
illustration réalisée pour le projet Visible par l'artiste Jennifer Lopes Santos

       

         « VISIBLE » a pour objectif de thématiser, déconstruire et agir sur le racisme.  À travers la visibilisation des discriminations         raciales et de leur impact, « VISIBLE » a pour but de sensibiliser le personnel éducatif et les élèves par le biais de la conception et         de la diffusion de ressources pédagogiques dans le domaine de l’éducation et de la culture.

Porteur du projet: Ally Book Club Asbl

Titre du projet: VISIBLE

Durée du projet: 18 mois

1er juillet 2021 – 31 décembre 2022

Présentation du projet :

Le projet VISIBLE met l’accent sur des mesures destinées à prévenir, à comprendre et à éduquer sur les désavantages et les discriminations liés à la race ou à l’origine ethnique.

Le projet se décline en deux axes de travail. Le premier axe du projet VISIBLE, volet « littérature », a pour objet de visibiliser des auteur.e.s racisés.e.s en leur donnant la parole à travers un cycle de conférences. Le fil conducteur est "La littérature comme outil de visibilisation”. Ainsi des conférences sont prévues lors desquelles,  l’accent sera mis sur la jeunesse et l’enfance.

Le second axe à savoir le volet « éducation » vise à sensibiliser les élèves et le personnel éducatif à la thématique des discriminations raciales et du racisme systémique. Il s’agira de lutter contre toute forme de racisme et de discriminations ethno-raciales. Des valises éducatives adaptées à chaque public cible visent à déconstruire et à désapprendre les stéréotypes et préjugés et ainsi encourager une réflexion autour de la diversité et le respect mutuel. L’objectif des formations des enseignants.e.s est de donner les clés au personnel éducatif national, dans la mesure où ils sont des multiplicateurs de savoirs et sont au centre de la transmission de la connaissance mais également des valeurs. Ainsi le projet aspire à favoriser le vivre ensemble et la cohésion sociale.

Publics cibles:

Public cible du volet littérature :

  • Personnel enseignant et associatif, groupes scolaires et étudiant.e.s universitaires

Public cible du volet éducation :

  • Élèves des cycles C1 à C4
  • Élèves de l’enseignement secondaire
  • Personnel éducatif national
Objectifs quantitatifs et qualitatifs visés:
  • Développer 6 valises éducatives et 2 modules de formation.
  • Organiser 2 conférences.
  • Créer 4 capsules de vidéos de sensibilisation.
  • Comprendre et savoir reconnaître les discriminations raciales.
  • Être capable de mener à bien des activités autour des discriminations en classe.
  • Affiner son esprit critique quant aux discriminations raciales et aux problèmes sociaux et sociétaux liés.
  • Permettre aux élèves d’améliorer leur compréhension et de développer leur esprit critique.
Tout le monde en classe!
©CLAE CLAE Projet Tout le monde en classe

       

 Tout le monde en classe! est un espace d’échange sur la mise en place des approches plurielles dans les classes de langue.

Porteur du projet: CLAE asbl

Titre du projet: Tout le monde en classe!

Durée du projet: 18 mois

1er juillet 2021 – 31 décembre 2022

Présentation du projet:

Nombreux sont les formateur.trice.s de langue qui se retrouvent confrontés à des groupes très divers et qui doivent faire face à la problématique de gestion d’un public hétérogène. Les formateur.trice.s pour adultes sont confrontés à une très grande diversité de profils d’apprenants en classe de langues, une diversité notamment au niveau linguistique, culturel et socio-économique. Pourtant, les formateur.trice.s ne sont pas toujours outillés pour apporter des réponses cohérentes aux besoins de chacun. Partant d’un constat de besoin d’échanges, d’accompagnement, d’outils pour les formateur.trice.s pour répondre à ces questions spécifiques liées à la diversité, le projet « Tout le monde en classe ! » vise à développer certaines bonnes pratiques pour les partager avec des formateur.trice.s de langue.

Le projet sera basé sur une formation participative, un lieu de concertation pour accompagner et permettre un échange entre formateur.trice.s et bénévoles afin d’améliorer leurs pratiques de classe, pour veiller à la mixité sociale et culturelle, ainsi qu’au dialogue interculturel et à la lutte contre les stéréotypes.

Publics cibles:

Les formations participatives s’adressent en priorité aux formateur.trice.s en langues travaillant avec un public adulte.

Le public cible sera indirectement, celui des apprenant.e.s en classe de langues, l’objectif étant d’améliorer leurs dispositions à l’apprentissage, leur intégration et leur participation, à travers un enseignement inclusif et ce indépendamment de leurs aptitudes de départ.

Objectifs quantitatifs et qualitatifs visés:

  • Sensibiliser 10-15 formateur.trice.s par formation, issus de minimum quatre centres de formation différents.
  • Élaborer des formations participatives afin de développer de nouvelles compétences pour les formateur.trice.s.
  • Favoriser l’échange, la mise en commun et la diffusion de l’expérience acquise avec le but d’identifier les forces et les faiblesses constatés actuellement sur le terrain et ainsi permettre de donner des outils concrets aux enseignant.e.s dans le futur.
  • Créer un kit de formation pour permettre le relais du contenu.
  • Assurer la pérennité de l’expérience acquise via la diffusion d’une publication.
logoCLAE-recon-noir
De Klang Keller : Living Music Living Culture Living Dialogue in Luxembourg
©Finkape Finkape Projet De Klang Keller

       

         Le projet « Klang Keller » du réseau afrodescendant Finkapé asbl propose de promouvoir la musique en tant que vecteur              d’humanité sous le slogan « Living Music, Living Culture, Living Dialogue in Luxembourg »

Porteur du projet: Finkapé asbl

Titre du projet: De Klang Keller: Living Music Living Culture Living Dialog in Luxembourg

Durée du projet: 18 mois

1er juillet 2021 – 31 décembre 2022

Présentation du projet:

Le projet « De Klang Keller », proposé par le réseau afrodescendant Finkapé asbl, oeuvre pour la cohésion sociale par le biais de la musique. Sous le slogan « Living Music Living Culture Living Dialogue in Luxembourg », le projet vise la promotion de la diversité culturelle, le soutien de la lutte contre les discriminations et la revalorisation de la culture dont sont issus les citoyens.nes afrodescendant.e.s, les immigré.e.s, demandeurs de protection internationale (DPI) ou bénéficiaires de protection internationale (BPI). Finkapé propose de thématiser la place de la musique africaine au Luxembourg par une action concrète qui combine la création d’oeuvres originales, l’offre de cours, de conférences, de discussions et un appui pour la professionnalisation de jeunes musicien.ne.s.

Le projet se décline en plusieurs volets : création, acquisition des connaissances et rencontres interculturelles et intergénérationnelles. La musique est un terrain d’entente naturel et évident qui permet de créer une synergie au sein d’un groupe tout en s’amusant. Elle est un espace de dialogue qui favorise le partage des connaissances et des valeurs humaines déconstruisant ainsi les stéréotypes. Le projet « De Klang Keller » se veut être un lieu de rencontre et d’échange valorisant le vivre ensemble, la création, le partage et un sentiment d’appartenance allant au-delà des stéréotypes de l’aspect festif et folklorique des musiques dites « du monde ».

Publics cibles:

Le projet s’adresse à tous, aux musicien.ne.s, aux amateurs.trices de musique de toutes origines, les invitant à participer et à créer ensemble.

Objectifs quantitatifs et qualitatifs visés:

  • Sessions d’enregistrement audiovisuel de musiques originales avec interviews.
  • Des conférences thématiques filmées sur les musiques africaines.
  • Cours d’initiation à la musique d’origines diverses dispensés par des musicien.ne.s formé.e.s dans le cadre du projet.
  • Des séances de formation pour les musicien.ne.s n’ayant pas d’expériences pédagogiques.
  • Cours de chant choral ouverts au plus grand nombre sur toute la durée du projet.
« Discriminations off the pocket » - Concours de courts métrages pocket films
©Maison des Associations Maison des Associations Projet Discriminations off the pocket

        

        Dans nos sociétés actuelles, le smartphone et les réseaux sociaux sont souvent connotés négativement. Avec notre projet         « Discriminations off the pocket », nous souhaitons à la fois déconstruire le rapport que les jeunes entretiennent avec les médias         et les sensibiliser au fait que les images renforcent parfois des clichés préexistants dans nos sociétés.

Porteur du projet: Maison des Associations

Titre du projet: « Discriminations off the pocket » - Concours de courts métrages pocket films

Durée du projet: 18 mois

1er juillet 2021 – 31 décembre 2022

Présentation du projet:

Le projet vise la création d’un concours national de courts métrages « pocket films » pour jeunes citoyen.ne.s dont le thème sera les discriminations. Un film produit à partir d’un smartphone ou d’une tablette peut offrir aux jeunes une forme d’expression qui leur ressemble et accessible à travers des outils qui font partie intégrante de leur vie quotidienne.

Il s’agit également de sensibiliser les jeunes aux images qui les entourent, de leur donner des grilles de lecture et les moyens de produire un discours qui leur est propre. L’ambition de ce projet est à la fois de conscientiser les jeunes à la thématique des discriminations, mais également de leur donner les outils nécessaires à l’expression de leur opinion à travers un mode d’expression artistique.

Publics cibles:

Le projet ciblera des jeunes âgés de 13 à 26 ans, sans aucune discrimination de sexe, d’origine sociale, de nationalité ou d’origine culturelle.

Objectifs quantitatifs et qualitatifs visés:

  • Organiser des ateliers interactifs pour déconstruire les préjugés et stéréotypes.
  • Créer un espace de réflexion et de sensibilisation sur la diversité au Luxembourg.
  • Comprendre les différents types de discriminations.
  • Sensibiliser les participant.e.s et l’audience du concours sur les enjeux de la diversité et l’importance de la participation citoyenne.
  • Accepter la multiplicité de points de vue, développer l’empathie, la tolérance et le respect envers l’autre.
Kultilux : apprentissage des langues usuelles du Luxembourg et découverte de la culture et du patrimoine de la région Mullerthal
©Mouvement pour l’Egalité des Chances pour Tous MEC Projet Kultilux

        

        Kultilux est un projet associant la pratique des langues usuelles du Luxembourg et la découverte de la culture et patrimoine de         la région Mullerthal

Porteur du projet: Mouvement pour l’Egalité des Chances pour Tous (MEC)

Titre du projet: Kultilux : apprentissage des langues usuelles du Luxembourg et découverte de la culture et du patrimoine de la région Mullerthal

Durée du projet: 18 mois

1er juillet 2021 – 31 décembre 2022

Présentation du projet:

Il existe de nombreuses organisations qui proposent des cours de langues. Mais force est de constater que même s’il y a une grande offre d’apprentissage, celle-ci est plus limitée en matière de mise en pratique des acquis. De même, on constate une grande curiosité de la part des participant.e.s aux cours de langues, qui manifestent la volonté d’aller au-delà de l’apprentissage de la langue et de découvrir la culture, le patrimoine qui l’entoure.

Le projet « Kultilux » propose de créer un support didactique, sous forme digitale, accessible sur ordinateurs, tablettes, smartphones, qui associe l’apprentissage d’une langue et l’immersion culturelle. A travers ce support didactique, les participant.e.s mettent en pratique les langues usuelles du pays et découvrent les attraits culturels ainsi que le patrimoine de la Région Mullerthal. Sur le site web du MEC asbl, les participant.e.s choisiront tout d’abord dans quelle langue  ils souhaitent utiliser Kultilux : le français, l’allemand ou le luxembourgeois. Ensuite, ils découvriront une carte du Mullerthal avec les différentes communes de la région. Les communes seront reliées par un parcours composé de 8 cases. Chaque case représente un thème : culture, géographie, histoire, nature, environnement, conjugaison, grammaire, vocabulaire. Le but est de répondre aux 8 questions et de parcourir les 12 communes du Mullerthal, et ainsi collectionner les emblèmes de chacune d’entre-elles en répondant correctement.

Publics cibles:

Toutes personnes intéressées par l’apprentissage d’une langue et la découverte culturelle de la région Mullerthal peuvent participer. Le degré de compréhension visée est le niveau A.2.1-A.2.2.

Objectifs quantitatifs et qualitatifs visés :

  • Créer 12 quiz composés de 8 thèmes, avec 3 questions prévues par thème proposées de manière aléatoire.
  • Appliquer le principe d’apprendre en s’amusant.
  • Pratiquer les langues usuelles du pays (allemand, français, luxembourgeois).
  • Enrichir ses connaissances culturelles/sur le patrimoine de la région Mullerthal.
  • Créer des échanges.
  • Favoriser l’intégration des résidents et travailleurs frontaliers.
Web
Abléck : dispositif(s) de soutien culturel et linguistique en luxembourgeois pour tout public
©Multilearn Multilearn projet Abléck
Photo du séminaire "LEILU Input Days" en novembre 2017, où différents acteurs et participants de LEILU ont partagé différentes voix de réflexion et où les experts externes de cinq pays différents ont donné un feedback critique et des recommandations

        

         Le projet Abléck vise à promouvoir le patrimoine et les coutumes du Luxembourg auprès de tous, résidant au Luxembourg et         dans la Grande Région, en créant une plateforme en ligne centralisée qui facilitera l’accès aux informations sur le patrimoine et         les coutumes du Luxembourg à l'aide de traductions contextualisées et de fonctions interactives.

Porteur du projet: Luxembourg multi-LEARN Institue for Interaction and Development in Diversity

Titre du projet: Abléck : dispositif(s) de soutien culturel et linguistique en luxembourgeois pour tout public

Durée du projet: 18 mois

1er juillet 2021 – 31 décembre 2022

Présentation du projet:

Le patrimoine immatériel du Grand-Duché du Luxembourg est riche d’une variété de langues, de légendes et de chansons, de fêtes, de coutumes et de traditions. Le partage de toute cette richesse patrimoniale, essentielle au développement d’un sentiment d’appartenance, s’effectue à des degrés divers, selon les populations. Les familles à fort ancrage luxembourgeois pratiquent et transmettent traditions et coutumes du pays plus automatiquement et naturellement que les populations à plus faible ancrage luxembourgeois, pour lesquelles la transmission et la valorisation du patrimoine luxembourgeois se heurte à des aspects pratiques. En conséquence, les populations moins intégrées dans le tissu culturel et patrimonial luxembourgeois, par la famille notamment, se sentent bien souvent démunies dès lors qu’il s’agit d’expliquer le Luxembourg de l’intérieur (par exemple, l’origine de telle coutume), à leurs enfants et à leurs proches.

Le projet Abléck a pour objectif de promouvoir le patrimoine et les coutumes du Luxembourg auprès de tous les résidents luxembourgeois, quel que soit leur statut, des habitants de la Grande-Région (les frontaliers tout particulièrement) ainsi que de toutes les personnes fréquentant à divers titres le Luxembourg. Dans ce but, une plate-forme d’information interactive sera créée qui facilitera l’accès aux informations sur le patrimoine et les coutumes du Luxembourg. Cette plateforme proposera des traductions contextualisées et des fonctions interactives. Les ressources collectées et développées dans le cadre de ce projet étayeront un programme de sensibilisation pour les personnes nouvellement arrivées.

Publics cibles:

  • Toute personne intéressée à découvrir la culture luxembourgeoise
  • Tout âge, sexe et nationalité confondus
Objectifs quantitatifs et qualitatifs visés:
  • Créer un modèle de programme de sensibilisation culturelle composé de 5-6 modules à déstination des multiplicateurs
  • Promouvoir la langue et la culture luxembourgeoises.

 

Apprendre des langues en travaillant au NAXI-Atelier
©NAXI Femmes en détresse NAXI Projet Apprendre des langues en travaillant au NAXI-Atelier

        

        Le projet vise l’apprentissage des langues françaises et luxembourgeoises sur le lieu de travail en utilisant une approche très         participative sans devoir arrêter le travail.

Porteur du projet: Femmes en Détresse / Naxi-Atelier  

Titre du projet: Apprendre des langues en travaillant au NAXI-Atelier

Durée du projet: 18 mois

1er juillet 2021 – 31 décembre 2022

Présentation du projet:

Le NAXI-Atelier s’adresse aux femmes adultes à partir de 18 ans qui sont bénéficiaires du REVIS (Revenu d’inclusion sociale). Le NAXI-Atelier offre, à travers un travail d’utilité collective dans le domaine du lavage, du repassage et de la couture, aux femmes une aide à la réinsertion sur le marché de l’emploi. Il s’agit d’une mesure d’activation en collaboration avec l’ONIS (Office national d’inclusion sociale).

Dans le travail quotidien avec les femmes, il a été constaté que les barrières linguistiques jouent un rôle important freinant le processus d’intégration de ces femmes. Les cours de langue officiels sont toujours organisés en dehors des heures de travail. Pour les femmes qui ont des jeunes enfants en charge (moins de 13 ans), les heures proposées ne correspondent pas toujours à leurs disponibilités.

Le but du projet est d’enseigner les langues par la conversation pendant le travail pratique dans l’atelier de lavage-repassage et couture selon une nouvelle méthodologie « learning while doing ». Le/la formateur.trice est présent.e dans l’atelier pour parler activement avec les femmes sans qu’elles doivent pour autant arrêter le travail. Le/la formateur.trice accompagne le groupe pendant les expériences professionnelles et pratiques, facilitant ainsi l’expression orale et la compréhension.  Après une phase pilote de six mois dédiée à la mise en place du projet pour l’apprentissage du français, l’idée est d’appliquer la même méthodologie, après évaluation, à l’apprentissage de la langue luxembourgeoise. L’objectif est de fusionner une meilleure intégration au niveau privée et une meilleure employabilité au niveau professionnel et ceci grâce à la pratique des deux langues.

Publics cibles:

L’asbl NAXI souhaite réaliser le projet avec les bénéficiaires qui participent à la mesure d’activation dans le NAXI-Atelier. Il s’agit de femmes adultes, bénéficiaires du REVIS. Leurs origines et statuts sont très variés. Les femmes qui participent actuellement à la mesure d’activation, sont âgées de 23 à 63 ans.

Objectifs quantitatifs et qualitatifs visés:

  • Développer un guide permettant de partager les expériences de ce projet dans d’autres contextes et initiatives sociales.
  • Contribuer à une meilleure intégration des participantes moyennant l‘apprentissage d’une ou deux langues officielles.
Faire Société en Bande Dessinée – Récits d’intégration au féminin et en bande dessinée
©Abtei Neumünster Neumünster projet Faire Société en Bande Dessinée

        

        Le projet « Faire société en BD » vise à produire 8 bandes dessinées documentées en s’appuyant sur les témoignages de femmes         migrantes ou compagnes de migrant.e.s dans une démarche de sensibilisation de la population. Ces BD de récits authentiques         permettront à ces femmes de libérer leurs paroles et de transmettre leurs histoires au grand public

Porteur du projet: Centre Culturel de Rencontre Abbaye de Neumünster  

Titre du projet: Faire Société en Bande Dessinée – Récits d’intégration au féminin et en bande dessinée

Durée du projet: 18 mois

1er juillet 2021 – 31 décembre 2022

Présentation du projet:

Le projet consiste en la réalisation de docu-BD basés sur l’expérience de femmes migrantes ou compagnes de migrants. Des ateliers de préparation et de développement de récits seront mis en œuvre par une écrivaine et poétesse résidente au Luxembourg. Ces récits seront ensuite retranscrits sous la forme de bandes dessinées, puis complétés par des informations documentaires (statistiques, photographies, etc.) offrant des prolongements aux BD.

Il est difficile d’appréhender la complexité d’un processus de l’intégration et les besoins des femmes migrantes. Actrices à part entière des migrations internationales, ces femmes sont nombreuses à être confrontées à des situations difficiles, violentes, dangereuses et même illégales, dans leur pays d’origine, au cours de leur migration voire dans leur pays d’acceuil. De façon générale, il est important de reconnaître l’expérience des migrations féminines et de développer le potentiel, l’indépendance de ces migrantes. Être à leur écoute et connaître leur réalité est donc un aspect majeur des processus d’intégration.

Publics cibles:

Les ateliers viseront l’implication des femmes migrantes, mais aussi des compagnes luxembourgeoises de migrant.e.s. (à partir de 16 ans) afin de permettre des échanges intergénérationnels et encourager la parole des jeunes, ressortissantes UE, de pays tiers et luxembourgeoises.

Objectifs quantitatifs et qualitatifs visés:

  • Organiser des ateliers de préparation et développer des récits.
  • 8 BD, chacune abordant différents aspects et situations spécifiques de l’intégration
  • Sensibiliser un grand public, notamment scolaire grâce au docu-BD, médium ludique et populaire.
  • Faciliter le dialogue interculturel.
  • Servir de « déclencheur » pour approfondir les thèmes abordés dans la BD
Ensemble contre les discriminations : Sensibilisation des jeunes au Luxembourg par le biais de récits numériques multilingues
©Université du Luxembourg Université projet Ensemble contre les discriminations

        

        Le projet vise à sensibiliser des jeunes au Luxembourg à la problématique des discriminations à travers la création de récits         numériques multilingues (Multilingual Digital Storytelling). Passionnée par l’animation (Stop Motion Animation) et son pouvoir         de nous faire réfléchir à des thématiques complexes et difficiles, notre équipe réunit de jeunes diplômées et étudiante de Master         soutenus par des expert.e.s en éducation et développement

Porteur du projet: Université du Luxembourg  

Titre du projet: Ensemble contre les discriminations : Sensibilisation des jeunes au Luxembourg par le biais de récits numériques multilingues  

Durée du projet: 18 mois

1er juillet 2021 – 31 décembre 2022

Présentation du projet:

Le projet vise à sensibiliser des jeunes au Luxembourg à la problématique des discriminations. Le projet applique une méthode innovatrice de création digitale encourageant les jeunes et leurs familles à explorer les phénomènes de discriminations à travers la production de récits numériques multilingues (Multilingual Digital Storytelling). Un récit numérique (Digital Story) est une brève vidéo de 3 à 5 minutes, incluant des images, du son, du texte et de la musique pour raconter une histoire personnelle.

Le projet impliquera les jeunes dans des ateliers de création. En favorisant le dialogue et la créativité, la démarche met en valeur les ressources culturelles et linguistiques de chacun(e), et elle crée une meilleure compréhension des attitudes et comportements menant à des actes discriminatoires et leurs conséquences sur les individus concernés. A l’issue du projet, les résultats seront présentés à un large public, sous différentes formes (un guide pédagogique, des podcasts, une exposition, un festival de films).

Le projet vise à proposer une méthode qui permettra de contribuer à renforcer la confiance et l’estime de soi de personnes victimes de discriminations dans le passé et d’aider à sensibiliser une plus large partie de la population luxembourgeoise, susceptible de contribuer activement à un changement positif dans la lutte contre les discriminations.

Publics cibles:

Le projet impliquera directement environ 80 personnes qui participeront à des ateliers. L’équipe du projet cible un public de jeunes entre 12 et 18 ans (filles et des garçons) et leurs familles, résidents au Luxembourg, de la ville d’Esch-sur-Alzette et de ses environs, d’origines socio-culturelles et de nationalités diverses.

Objectifs quantitatifs et qualitatifs visés:

  • Produire un guide pédagogique et des podcasts qui seront rendus accessibles, en tant qu’outils pédagogiques, à un plus large public.
  • Distribuer un questionnaire aux participant.e.s (environ 80) afin d’identifier leurs expériences avec les phénomènes de discrimination.
  • Organiser environ 30 entretiens et 6 focus groups.
  • Sensibiliser des jeunes (entre 12 et 18 ans) ainsi que leurs familles, issus de milieux mixtes exposés à la problématique de la discrimination.
Den DemokratieLabo : Zesumme liewen zu Lëtzebuerg
©Zentrum fir politesch Bildung Zentrum fir politesch Bildung projet DemokratieLabo

 

        "Den DemokratieLabo" est une exposition interactive multilingue conçue par le ZpB. Comme un véritable laboratoire, il s’agit         d’un espace d’expérimentation, de découverte et d’analyse. L’objet y observé est la démocratie.

Porteur du projet: Zentrum fir politesch Bildung

Titre du projet: Den DemokratieLabo: Zesumme liewen zu Lëtzebuerg

Durée du projet: 13 mois

1er novembre 2021 – 31 décembre 2022

Présentation du projet:

Dans une démocratie, les citoyen.ne.s discutent et participent à la formation du vivre-ensemble. Vu la grande diversité sur plusieurs niveaux au Luxembourg, la question « comment définissons-nous notre vivre-ensemble ? » se pose tous les jours. Pour les personnes nouvellement arrivées ou ayant migrées au Luxembourg plus tôt, il faut des espaces de rencontre pour mieux comprendre les aspects du vivre-ensemble actuel et participer au développement de celui-ci.

Comme un véritable laboratoire, le DemokratieLabo est un espace d’expérimentation, de découverte et d’analyse, mettant l’accent sur les mécanismes de notre démocratie : les visiteur.euse.s passent en groupes de deux personnes par une série de bornes où ils sont invités à à se remettre en question et à discuter. L'exposition se réfère au contexte luxembourgeois et aux défis notamment sociopolitiques y liés. Elle invite à l’échange sur des questions autour de la diversité de la société luxembourgeoise et des rouages de notre système politique. À la fin du parcours, un « certificat de labo » individuel résume l’expérience et permet de continuer la réflexion et la discussion au-delà du DemokratieLabo. Les ateliers qui suivent la visite permettent d’approfondir les discussions lancées et de les lier aux expériences personnelles. Ces ateliers, adaptés aux besoins des différents groupes cibles, seront développés au cours du projet.

De plus, le projet formera des multiplicateur.trice.s prêt.e.s à organiser des ateliers adressés aux communautés non-luxembourgeoises ainsi qu’aux bénéficiaires et demandeurs de protection internationale. Après la fin du projet, le ZpB organise des rencontres d’échange entre les mulitplicateur.euse.s et prévoit de proposer d’autres formations pour multiplicateur.euse.s basées sur les expériences réalisées et le matériel élaboré pendant le projet.

Publics cibles:

  • Membres d’associations/ de commissions (travailleurs communautaires, membres d’associations de communautés non-luxembourgeoises, membres de communautés religieuses, membres des commissions consultatives de l’intégration, signataires du contrat d’accueil et d’intégration…)
  • Bénéficiaires et demandeurs de protection internationale
  • Membres de syndicats
  • Éducateur.trice.s des structures d’accueil pour BPI et DPI
  • Jeunes (Classes d’intégration jeunes adultes (CLIJA), classes d’accueil, classes d’enseignement international)
Objectifs quantitatifs et qualitatifs visés:
  • Organiser des formations pour les éducateur.trice.s et rédiger un guide pour multiplicateur.trice.s.
  • Encourager la réflexion sur les idées, convictions et expériences démocratiques personnelles.
  • Renforcer le dialogue, l’intégration et la participation au niveau local.

 

©Zentrum fir politesch Bildung Logo Zentrum fir politesch Bildung

Les projets PAN de l'année 2020

A fleur de peau - être afro-descendant au Luxembourg
©Centre de Documentation sur les Migrations Humaines Visuel du projet A fleur de peau
 

"Notre projet souhaite procéder à un inventaire des imaginaires discriminatoires historiques qui continuent à distordre au quotidien le regard porté sur les personnes afro-descendantes au Luxembourg et suggérer des pistes de réflexion en vue d’une prise en charge plus respectueuse des différences dans la sphère publique." 

    Porteur du projet: Centre de Documentation sur les Migrations humaines (CDMH) 

    Titre du projet: A fleur de peau : être afro-descendant au Luxembourg 

    Durée du projet: 15 avril 2020 au 15 janvier 2021 

    Présentation du projet: 

  • Le projet vise à établir un état des lieux de la représentation des personnes afro-descendantes dans l’espace public luxembourgeois (médias, publicité, musées), afin de comprendre si une couleur de la peau autre que la couleur blanche est porteuse d’imaginaires discriminatoires. Le projet essaie donc d’étudier le fil historique des différentes représentations, de comprendre les contextes et les buts dans lesquels elles ont été élaborées et de décrypter leur portée discriminatoire. Il s’agit d’analyser, notamment, si ces représentations catonnent les personnes afro-descendantes à certains secteurs (par ex : sports, « entertainment », mode …) et leur refusent une visibilité dans d’autres (recherche, enseignement …)
  • Le projet sera principalement porté par le partenariat CDMH/Finkapé. Il repose cependant sur un groupe de travail très large comportant des personnes issues, notamment, des mondes associatifs, académiques (Université du Luxembourg, Université de Lorraine …), culturels (musées, tels que MNHA, City museum) et des médias (Forum, Radio 100,7 …). 

    Objectifs du projet:

  • Un inventaire historique des imaginaires localement présents (presse, publicité, arts, expositions permanentes des musées, expositions temporaires …) et un inventaire des présences d’afro-descendants seront réalisés. 
  • Organisation et coordination d’un atelier de réflexion multidisciplinaire. L’atelier réunira les bénéficiaires du projet (représentés par le groupe de travail mis en place avec Finkapé) en association avec le public-cible des producteurs, récepteurs et multiplicateurs d’images (médias, publicitaires, musées).
  • Organisation d’une table ronde de présentation publique des résultats avec les personnes concernées et des représentants des producteurs d’images (comme conseil de presse,  Design Luxembourg, ministères intéressés).

    Public cible:

  • Les personnes afro-descendantes au Luxembourg. Il transcende les genres, les classes d’âge et les statuts.
  • ­Par ailleurs, le projet s’adresse à l’ensemble de la société luxembourgeoise.
Résultats atteints:
  • Le Centre de Documentation sur les Migrations Humaines (CDMH), en partenariat avec Finkapé asbl, a organisé deux visioconférences relatives à la problématique des phénomènes de racisation et d’altérisation dans les médias et les œuvres muséographiques. Au total, 180 personnes d’horizons divers (médias, presse, musées, membres d’associations ou d’ONG de coopération, particuliers intéressés par le sujet, etc.) ont participé auxdites visioconférences.
  • Les gestionnaires de projets ont notamment réalisé un inventaire sociohistorique des imaginaires coloniaux et des présences de populations originaires du continent africain dans l’historiographie luxembourgeoise. Toutes les ressources mobilisées ont été enregistrées dans le catalogue commun des bibliothèques luxembourgeoises par le bibliothécaire du CDMH. Par conséquent, elles sont désormais à disposition du public intéressé.

Trouvez plus de détails sur:

©Centre de Documentation sur les Migrations Humaines CDMH Logo
Analyse des choix de localisations des immigrés
©Michel Brumat / LISER Luxembourg Projet Les choix de localisation des immigrés au Luxembourg Liser
Un débat organisé par le LISER avec Hubert Gamelon, Dr Pieraolo Parrotta, Dr Thuc Uyen Nguyen-Thi

"Le projet de recherche du LISER vise à identifier, au niveau communal, les facteurs attractifs et répulsifs influençant les flux entrants et sortants des personnes d’origine étrangère et des natifs luxembourgeois, ainsi que les choix des localisations des nouveaux immigrants au Luxembourg." 

    Porteur du projet: Luxembourg Institute of Socio-Economic Research (LISER)

    Titre du projet: Analyse des choix de localisations des immigrés au Luxembourg

    Durée du projet: 1er juillet 2020 au 31 mars 2021 

    Présentation du projet: Le projet a pour objectif d’étudier, au niveau municipal/communal, les facteurs attractifs et répulsifs influençant les flux entrants/sortants d’immigrés et de nouveaux immigrants au Luxembourg, en comparaison avec les flux de la population luxembourgeoise Le projet vise quatre objectifs :

  • Faire un état des lieux des mouvements de populations dans les communes luxembourgeoises (arrivées et départs).
  • Mieux cerner les facteurs ayant influencé les choix des localisations des immigrés/immigrants au Luxembourg avant l’année 2011 (année du dernier recensement) en comparaison avec les mouvements de la population luxembourgeoise. La recherche examinera les déterminants de ces choix, et plus particulièrement le rôle joué par le niveau d’éducation, la composition familiale ou le pays d’origine.
  • Mieux cerner le rôle joué par la disponibilité des données dans la précision des résultats.
  • Réaliser un suivi systématique des facteurs répulsifs et attractifs (push/pull) de localisation des immigrés.  

    Objectifs du projet

  • Création d’un rapport listant une série de pistes de recherche. Ces pistes permettraient de mieux appréhender l’impact des politiques d’intégration et des mesures prises par les communes sur les choix de localisation. Le rapport présentera: 
  •  (1) les statistiques descriptives par municipalité sur les mouvements in/out observés entre 2005 et 2011, 
  • (2) l’analyse empirique des déterminants de ces mouvements sur base des données individuelles du recensement 2011 et des caractéristiques propres aux municipalités, 
  • (3) l’évaluation (empirique) du rôle joué par la richesse des données sur les caractéristiques individuelles, 
  • (4) l’analyse exploratoire des données du registre national en vue d’un suivi annuel des mouvements in/out et de leurs déterminants.  
Public cible: Le projet porte sur les choix de localisation des immigrants récents (arrivés entre 2005 et 2011, ou entre 2010 et 2011), ainsi que des choix de relocalisation des anciens immigrés et refugiés adultes en provenance de tous les pays du monde.

    Résultats atteints

  • Rédaction d’un rapport synthétique présentant (1) les statistiques descriptives par municipalité sur les mouvements in/out observés entre 2005 et 2011, (2) l’analyse empirique des déterminants de ces mouvements, (3) l’évaluation du rôle joué par la richesse des données sur les caractéristiques individuelles, et (4) l’analyse exploratoire des données du registre national en vue d’un suivi annuel des mouvements in/out et de leurs déterminants.
  • Les analyses mettent en évidence les différences marquées au niveau des dynamiques de localisation entre natifs et immigrants. Les divergences avec les nouveaux arrivants sont également explorées.

    Trouvez plus de détails sur:

©LISER Logo LISER
Collectif au Carré
©Mamie et Moi Projet Collectif au Carré Mamie et Moi

"Depuis plus d'un an, nous murissons ce projet Collectif au Carré, né de notre rencontre avec l'association française Citémômes. L'idée de partir d'un simple carré tricoté pour aboutir ENSEMBLE à une œuvre textile géante, nous enchante car elle porte en elle les valeurs que notre Asbl défend depuis ses débuts. L’inter-génération, c'est à dire l'interaction entre seniors et plus jeunes, mais aussi le croisement entre culture numérique et pratiques traditionnelles ; l’inter-culturel : le croisement entre migrations, traditions et langues; et le faire ensemble." 

    Porteur du projet: Mamie et Moi

    Titre du projet: Collectif au Carré

    Durée du projet: 1er septembre 2020 au 31 mai 2021

    Présentation du projet: Mamie et Moi asbl souhaite réaliser un projet d’intégration pour montrer qu’ensemble l’art et le textile sont universels et touchent tous les habitants de la planète par leurs aspects sensibles et leur présence dans notre quotidien. Le projet consiste à reproduire au format XXL un tableau impressionniste luxembourgeois appartenant à la collection de la Villa Vauban. Ce tableau géant sera réalisé à partir de 5 000 carrés tricotés à la main par tous les bénévoles, depuis chez eux ou lors d’ateliers participatifs. D’une manière générale, les objectifs du projet sont:

  • Familiariser le plus grand nombre à l’art et à la culture luxembourgeoise grâce à une approche «sensorielle» ludique.
  • Provoquer les rencontres et les liens entre populations d’origines et d’âges différents autour d’un projet commun.
  • Faciliter l’intégration grâce au collectif : le projet peut se réaliser seulement si « on fait ensemble » dans la bienveillance et le respect réciproque.
  • Favoriser la pratique orale des langues officielles du pays pendant des moments conviviaux.
  • Inclusion «sans stress» : la participation au projet ne requiert aucune compétence préalable. 
  • Revaloriser les compétences et les savoir-faire de personnes seniors à travers la transmission d’un savoir-faire manuel universel (tricot).

    Objectifs du projet:

  • Nombre de carrés tricotés: objectif 5000
  • Taux de participation aux ateliers virtuels et présentiels : objectif: 500 personnes de toutes nationalités et âges participent à la réalisation du premier tableau tricoté du Luxembourg.
  • Niveau d’appropriation de la démarche par les participants : sondages et livre d’or du projet pour évaluer cette démarche.

    Public cible: 

  • Environ 100 femmes déjà dans le réseau de tricoteuses Mamie et Moi, résidentes luxembourgeoises, ressortissants UE/pays tiers, tranche d’âge 35-88 ans ;
  • Environ 400 femmes et hommes participent aux ateliers (virtuels et en présentiel) et à travers le système de boîtes de récolte: résidents luxembourgeois et ressortissants UE, enfants et Bénéficiaires de Protection Internationale.
Résultats atteints:
  • Taux de participation aux ateliers virtuels et présentiels : 604 participants avec 17 nationalités représentées, dont 20% d’enfants de moins de 15 ans et 15% de seniors de plus de 60 ans.
  • Le niveau d’avancement du « Compteur de carrés » a révélé l’enthousiasme avec lequel le projet a été accueilli : 31.052 carrés ont été récoltés (6 fois plus que l’objectif initial de 5.000 carrés).
  • Mise en place d’un « Livre d’Or » sur le site web du projet et d’un mur pour recueillir les dédicaces lors de l’exposition.
  • Reproduction en carrés de tricot du tableau « La petite histoire » du peintre luxembourgeois Corneille Lentz au Lëtzebuerg City Museum.
  • Livre d’Or (Site internet disponible uniquement en Français)
  • Reportage RTL (Article disponible uniquement en Luxembourgeois)
©Mamie et Moi Mamie et Moi Projet PAN 2020

Trouvez plus d'information sur:

©Mamie et Moi Logo Mamie et Moi
©Mamie et Moi Logo Collectif au Carré
Dialog statt Hass
©respect.lu Projet Dialog statt Hass respect.lu

"Notre projet permettra aux auteurs de commentaires haineux de se pencher sur leurs actes en les invitant à y réfléchir. Nous les sensibiliserons également aux questions de discours haineux, de communication consciente et de discrimination, et nous explorerons ensemble les limites juridiques de la liberté d'expression, entre autres en leur donnant la possibilité de se mettre à la place du groupe victime qu'ils ont attaqué. " 

    Porteur du projet: respect.lu / Centre contre la radicalisation

    Titre du projet: Dialog statt Hass / dialoguer au lieur de häir

    Durée du projet: 1er avril 2020 au 31 décembre 2020 

    Présentation du projet: L’incitation à la haine, communément dit en anglais « Hate-Speech », est devenue de nos jours, un problème majeur de société. Des débats sur l’actualité politique et sociétale sont de plus en plus tenus sur internet et les réseaux sociaux. Ces échanges et discussions polarisent, alors qu'ils devraient rester objectifs et ne pas augmenter les hostilités. Même si la liberté d’expression est une valeur fondamentale de nos sociétés, celle-ci est régulièrement outrepassée. La tendance est en nette augmentation: au Luxembourg, la police a enquêté dans ce contexte dans plus de 50 dossiers en 2019 contre 20 en 2018. Selon le droit pénal luxembourgeois, le « Hate-Speech » est punissable lorsque les deux éléments suivants sont réunis :

  • ­Il doit s'agir d'une incitation à la haine ou à la violence, concernant une personne physique ou morale, un groupe ou une communauté, qui sont discriminés en raison d'un ou de plusieurs éléments et
  • ­Cette incitation à la haine ou à la violence doit être concrétisée par des propos, textes, etc.
  • Le présent projet s'inspire d'un programme autrichien de l'asbl "Neustart", qui a développé une offre d'intervention adaptée, comme réponse rationnelle et socialement constructive à cette problématique

    Objectifs du projet:

  • L'objectif du  projet est d’apporter une contribution, afin de contrecarrer une plus profonde fragmentation de la société et par ce biais, contribuer à une plus grande intégration des différents groupes de la société.
  • L’idée est d’assortir la peine d’emprisonnement d’un sursis probatoire ou de la remplacer. Conceptualisation et mise en place d’une phase pilote sur base du modèle autrichien.

    Public cible: Toute personne ayant attiré l’attention des instances juridiques et/ou d'autres institutions à la suite de publications qualifiées comme «incitation à la haine». 

    Résultats atteints:

  • Travail de recherche et de conceptualisation (connaissances théoriques, outils méthodologiques et expériences pratiques) qui a débouché sur la mise en place d’un programme d’accompagnement d’auteurs d’incitation à la haine.
  • Organisation d’une formation et d’une conférence en ligne au sujet du discours de haine, mettant l’accent sur le courage civil en ligne. La conférence a eu un franc succès avec 140 personnes inscrites et plus de 100 participants ainsi que des discussions animées.

Trouvez plus de détails sur:

©respect.lu Logo respect.lu
Designing Futures
©Work in Progress Projet Designing Futures Work in Progress

"L'objectif de notre projet est d'apprendre des bonnes pratiques au niveau européen et de construire une communauté internationale d'entrepreneurs sociaux qui s'entre-aident." 
 

Porteur du projet: Work in Progress

Titre du projet: Designing Futures: Can social companies change the future of refugees and migrants?

Durée du projet: 1er avril 2020 au 31 décembre 2020

Présentation du projet: Le projet vise à thématiser le lien entre les entreprises sociales et l’intégration des réfugiés et des migrants. Il a pour objectif de mobiliser, activer et fédérer différents acteurs et publics cibles (entreprises et organisations sociales, institutions publiques ; demandeurs de protection internationale et bénificiaires de protection internationale) autour du sujet de l´économie sociale et solidaire à un niveau national et international par l’organisation d’une conférence et d'une série d'ateliers participatifs sur base de la méthodologie du design thinking. Les sujets qui seront abordés lors des trois événements sont:

  • Entreprises sociales comme employeurs : Les réfugiés sont souvent plutôt bénéficiaires qu'acteurs. Dans quelle mesure les réfugiés sont-ils impliqués dans le développement de projets et la gestion d'entreprises sociales ?
  • Les entreprises sociales – les réfugiés comme créateurs d'entreprises : Créer une entreprise sociale pour résoudre les problématiques rencontrées soi-même, serait-ce une bonne option pour les réfugiés? Quelles possibilités, programmes d’entrepreneuriat social existent pour promouvoir la création d’entreprises sociales, notamment les formations à l’entrepreneuriat, le coaching et le mentorat, les modèles, la microfinance, les aides sociales, le conseil en entreprise et la création de réseaux d’entreprises ?
  • Entreprises sociales comme innovateurs sociaux : Une innovation sociale peut déboucher sur de nouveaux types d'engagements civiques, de nouvelles formes d'entrepreneuriat, de nouvelles possibilités de communication et d’organisation.

Objectifs du projet: Série de trois ateliers participatifs basés sur le design thinking suivi d'une conférence sur les opportunités de l'entrepreneuriat social pour réfugies.

Public cible: 

  • +/- 100 personnes (hommes/femmes ; adultes, tous statuts) qui participeront aux ateliers.
  • Organisations et entreprises sociales.
  • Institutions publiques.
  • Porteurs de projet.
Résultats atteints:
  • Réalisation de trois ateliers digitaux de co-création avec des experts de l´entrepreneuriat social et du domaine du support à l'entrepreneuriat de réfugiés et migrants.
  • Mise en place d´un recueil des best practices internationales et des questions issues des ateliers.
  • Les échanges ont permis de constater que les obstacles rencontrés par les réfugiés dans le parcours entrepreneurial sont très similaires entre pays, particulièrement au niveau européen.

Trouvez plus de détails sur:

©Work in Progress Logo Work in Progress
Jouer la connexion
©Coopération Nord-Sud Projet Jouer la connexion Coopération Nord-Sud

"Notre projet vise à aider les jeunes à créer leur sentiment d'appartenance dans un pays composé de nombreuses communautés différentes. L'objectif est de les aider à se sentir comme «Les gars d'Ettelbruck» ou «Les gars de Mamer» ou «Les gars de Luxembourg ville» et non plus seulement comme des luxembourgeois, des étrangers, des réfugiés." 

    Porteur du projet: Coopération Nord-Sud

    Titre du projet: Jouer la connexion, parcours d’intégration entre jeunes réfugiés, migrants et luxembourgeois à travers le sport et l’art

    Durée du projet: 15 septembre 2020 au 31 juillet 2021 

    Présentation du projet: Le projet souhaite créer un partage entre les jeunes citoyens réfugiés, migrants de toutes nationalités et luxembourgeois, avec une attention particulière aux groupes les plus faibles. Il souhaite aussi sensibiliser la société luxembourgeoise à la question de l'intégration. Les principaux outils pour atteindre les objectifs du projet sont le sport, la photographie, l’art, la production de vidéos, l’utilisation d'une plateforme numérique.

    Objectifs du projet

  • Établir un réseau de jeunes d'âge scolaire (12-19 ans) de différents pays (réfugiés, Luxembourgeois, migrants) qui se soutiennent mutuellement par l'échange d'informations et le partage d'expériences.
  • Création d’un tournoi de football et des courses.
  • Réalisation d’un reportage vidéo et photographique sur les histoires des jeunes participants aux activités sportives.
  • Création d'un espace sur une plateforme numérique et un réseau social où les jeunes peuvent échanger des informations sur les activités du projet et rester en contact à la fin de l’initiative.
  • Collaborations artistiques et visites culturelles.
  • Sensibilisation des habitants des communes à la question de l'intégration par la projection du reportage, l'exposition photographique et le partage des résultats de l'évaluation. 

    Public cible:

  • Environ 80 jeunes (refugiés, étudiants des écoles).
  • ­ Les écoles secondaires Lycée Josy Barthel de Mamer, International School of Luxembourg, École européenne Luxembourg 1, le lycée technique d'Ettelbruck et la Nordstadjugend ainsi que trois foyers de réfugiés, deux de la Caritas (Foyer Saint Antoine, Foyer d’Ettelbruck) et un de la Croix-Rouge (Foyer de Soleuvre). 

Trouvez plus de détails sur:

©Coopération Nord-Sud Logo Coopération Nord-Sud
Le capital social dans l'intégration des jeunes adultes
©Université du Luxembourg Projet Le capital social dans l'intégration des jeunes adultes Université du Luxembourg

 

"Le projet met l’accent sur l’importance des liens sociaux dans l'intégration de jeunes migrants issus de pays tiers au Luxembourg. L’analyse du rôle de ces liens dans l’intégration des jeunes migrants est importante car le temps de la jeunesse est une période formatrice où les identités sociales et les sentiments d’appartenance se développent. Le but est d'améliorer les processus d'intégration des jeunes migrants au Luxembourg en leur offrant des avantages directs et en soutenant leur autonomisation. L'étude a pour objectif général de comprendre, d'étudier, d'expliquer et de formuler de manière scientifique le rôle du capital social dans l'intégration des jeunes migrants vivant au Luxembourg."

    Porteur du projet: Université du Luxembourg

    Titre du projet: Le capital social dans l'intégration des jeunes adultes issus de la migration au Luxembourg. Théorie et pratique

    Durée du projet: 1er juillet 2020 au 31 mars 2021 

    Présentation du projet: Le projet met l’accent sur l’importance des liens sociaux dans l'intégration des jeunes migrants issus de pays tiers au Luxembourg. L’analyse du rôle de ces liens dans l’intégration des jeunes migrants est importante, car la période de la jeunesse est une période formatrice où les identités sociales et les sentiments d’appartenance se développent. L'étude a pour objectif général de comprendre, d'étudier, d'expliquer et de formuler de manière scientifique le rôle du capital social dans l'intégration des jeunes migrants vivant au Luxembourg. Il vise à apporter des réponses aux questions suivantes:

  • Sur quelles relations sociales les jeunes migrants s'appuient-ils pour s'engager dans la société luxembourgeoise (ex.: les types de capitaux sociaux affectifs (bonding) et relationnel (bridging)?
  • ­Quelles activités soutiennent ou au contraire entravent les relations sociales lors de l'intégration au Luxembourg?

    Objectifs du projet:

  •  Entretiens biographiques avec 1) des jeunes migrants (panel de 10-15 personnes) dans trois zones géographiques principales: le Centre, le Sud et le Nord du pays et 2) des acteurs nationaux (panel de 5-10 personnes),  ainsi que les acteurs municipaux impliqués dans les politiques d'intégration des jeunes et de migration.
  • Élaboration d’un Policy Brief : « Le capital social : les facilitateurs et les obstacles à l'intégration des jeunes migrants au Luxembourg ».  Les résultats du Policy Brief seront présentés aux colloques à l’Université et diffusés par les organisations de la jeunesse/ des migrations nationales et communales

    Public cible:

  • Audience nucléaire : 50 - 100 jeunes adultes issus de la migration (femmes/hommes) entre 18 et 29 ans en provenance de pays tiers sous différentes conditions de permis de séjour.
  • ­Audience élargie : 1 000 - 3 000 responsables gouvernementaux, membres des organisations non gouvernementales, des membres des communes, la société luxembourgeoise (femmes et hommes) entre 15-80 ans, les citoyens luxembourgeois, citoyens de l'UE et les ressortissants de pays tiers.
Résultats atteints:
  • Analyse de données quantitatives secondaires concernant la participation socio-économique, éducation et langues, logement, acquisition de la nationalité, participation civique et politique et discrimination ethno-raciale de jeunes migrants issus de pays tiers a été faite;
  • 9 entretiens ont été réalisés avec des représentants d'organisations et 12 jeunes migrants de 7 nationalités différentes, âgés entre 18 et 29 ans ;
  • Un Policy Brief à destination des ministères et administrations et des organisations non-gouvernementales au contact des jeunes adultes et des migrants a été élaboré. Ces recommandations ont été spécifiquement formulées avec l’objectif de renforcer l'acquisition de capital social par les jeunes migrants vivant au Luxembourg. Ce dernier étant considéré comme crucial pour mieux comprendre comment l'intégration des jeunes migrants contribue à favoriser la cohésion sociale au sein de la société luxembourgeoise.
©Université du Luxembourg Logo Université du Luxembourg
Le Français, langue d’Intégration en 3 actes
©Inlingua Luxembourg Projet PAN Inlingua

"L'improvisation théâtrale est au centre de notre projet. Elle est au service du Français comme langue d’intégration." 

    Porteur du projet: Inlingua Luxembourg

    Titre du projet: Le Français Langue d’Intégration en 3 actes 

    Durée du projet: 1er novembre 2020 au 30 septembre 2021 

    Présentation du projet: Riche d’une expérience de 25 ans, l’école de langues « Inligua » s’est spécialisée dans le domaine de la formation linguistique pour adultes, orienté vers le public du secteur tertiaire mais aussi les demandeurs d'emploi, BPI et DPI. Sa méthode repose sur une approche directe, globale, progressive et communicative, en mettant essentiellement l’accent sur les compétences orales puis sur les capacités d'écoute, de lecture et d'écriture.

  • Le projet vise à augmenter d’une unité le niveau de français des primo-arrivants, des DPI et BPI, à travers des activités variées qui mettent en œuvre des exercices de différentiations visuelles, auditives, des activités de mémorisation, de classement, des tâches à produire, des jeux de rôles et surtout de l'improvisation théâtrale. Compte tenu des spécificités de ce public, la méthodologie pédagogique cible à restreindre l’utilisation du texte, omniprésent dans les méthodes d’apprentissage traditionnels, au profit d’autres supports comme les illustrations, les enregistrements audio, les mises en situation et les improvisations.
  • Le projet consiste en des cours qui se déroulent en 3 actes (vie personnelle, vie publique et vie professionnelle). Les supports utilisés dans le cadre des cours sont, d’une part, des documents authentiques et, d’autre part, des supports audio qui consistent en des dialogues reproduisant un schéma concret et réel de la vie quotidienne.
  • Outre les improvisations théâtrales, le projet propose aux participants des sorties mensuelles liées aux leçons abordées dans le programme.

    Objectifs du projet

  • 2 groupes de niveau A1.1
  • Chaque groupe sera constitué de dix personnes confirmées.
  • À l’issue des cours, les participants pourront aborder des situations courantes de leur vie personnelle, publique et professionnelle 

    Public cible:

  • Les cours sont destinés à un public d’hommes et de femmes adultes âgés de 18 à 55 ans, primo-arrivants, demandeurs de protection internationale et bénéficiaires de protection internationale.  

Trouvez plus de détails sur:

©Inlingua Luxembourg Logo Inlingua
Le vieillissement actif au Luxembourg
©Université du Luxembourg L'équipe du projet VAL: (gauche à droite) Nadia Bemtgen, Petra Vandenbosch, Isabelle Albert,  Catherine Richard, Martine Hoffmann.
L'équipe du projet VAL: (gauche à droite) Nadia Bemtgen, Petra Vandenbosch, Isabelle Albert, Catherine Richard, Martine Hoffmann.

"La forte immigration ces dernières décennies a changé la démographie au Luxembourg. Le but de ce projet est de gagner une meilleure compréhension des besoins des personnes âgées entre 50 et 70 ans, en identifiant, entre autres, les besoins spécifiques des migrants âgés, et de cerner les attentes actuelles dans le contexte du vieillissement actif. S'y ajoute une meilleure connaissance ds facteurs qui empêchent, respectivement facilitent la participation des personnes âgées dans le cadre du vieillissement actif et l’accès à l’offre professionnalisée, comme le Club Senior, la formation continue pour seniors, etc." 

    Porteur du projet: Université du Luxembourg

    Titre du projet: Le vieillissement actif au Luxembourg (VAL): besoins des résidents luxembourgeois et non-luxembourgeois et leur participation et non-participation aux activités offertes par les différents services (VAL)

    Durée du projet: 1er septembre 2020 au 31 juillet 2021

    Présentation du projet: Le projet « VAL» est un projet de recherche, mené en collaboration étroite entre l’équipe de l’Université du Luxembourg et le RBS – Center fir Altersfroen, qui souhaite étudier la participation sociale des personnes âgées, l’intégration des personnes non-luxembourgeoises et l’intergénérationnalité. Dans un contexte, où les personnes âgées de 60 ans et plus, représentent presque 20% de la population totale, et un tiers des personnes âgées de 60 et plus sont des personnes non-luxembourgeoises il est essentiel de continuellement réévaluer les besoins, ainsi que les conditions de vie de cette population: une population qui non seulement a fortement augmentée (une augmentation totale de 67% entre 2001 et 2020), mais qui a forcément changé de caractère grâce à la forte immigration ces dernières décennies.

    Les objectifs du projet:

  • ­Une meilleure compréhension des besoins (dans le cadre du vieillissement actif) de la population 50-70 ans, entre autres, soulignant les besoins spécifiques des migrants âgés ;
  • ­Une meilleure compréhension des attentes actuelles, notamment en ce qui concerne les personnes âgées, 50 ans et plus, luxembourgeoises et non-luxembourgeoises (dans le contexte de l’offre des clubs seniors et de l’importance de l’«active ageing»);
  • ­Une meilleure compréhension des facilitateurs et obstacles de participation, ainsi que des raisons de l’isolement social, et du «sense of belonging» (social, culturel et local) au lieu de résidence des luxembourgeois et non-luxembourgeois, ainsi que leur identification culturelle et locale. 

    Public cible: Le projet vise les personnes âgées de plus de 50 ans luxembourgeoises et non-luxembourgeoises, vivant au Luxembourg. 

Trouvez plus de détails sur:

©Université du Luxembourg Logo Université du Luxembourg
Parcours d'enquête d'information
©multi Learn Projet PAN multi Learn

"Obtenir une information satisfaisante et exacte est important pour vivre et travailler dans une société. Pour les étrangers tout autant que pour la population locale. Si, actuellement, la plupart des organisations publiques et non publiques au Luxembourg diffuse des informations sur leur plateforme en ligne, nos études antérieures suggèrent que ces informations ne sont pas délivrées de manière centralisée et homogène, voire cohérente, au regard de la diversité linguistique et langagière du Luxembourg." 

    Porteur du projet: Luxembourg multi-LEARN Institue for Interaction and Development in Diversity

    Titre du projet: Parcours d’enquête d’information

    Durée du projet: 1er septembre 2020 au 31 mai 2021

    Présentation du projet: Le but de ce projet est d'étudier l'état actuel de l'utilisation des sites web en ligne au Luxembourg du point de vue des utilisateurs et des fournisseurs, de comprendre les besoins des deux parties et de fournir des recommandations, ainsi que les résultats des recherches sur les meilleures pratiques d'autres pays multilingues. Plus en détail, ce projet vise à :

  • faire des recherches sur l'état actuel du comportement de « recherche d'information » des résidents du Luxembourg (étrangers et luxembourgeois) en tant qu'utilisateurs d'informations  ;
  • comprendre la motivation, la conception et l'utilisation effective des plates-formes en ligne existantes, entre autres des communes, des administrations et des organisations non gouvernementales, en tant que fournisseurs d'informations, et analyser leur efficacité;
  • recueillir et documenter les besoins des différents utilisateurs et des fournisseurs d'informations ;
  • faire des recherches sur les meilleures pratiques dans d'autres pays multilingues  ;
  • explorer les possibilités d'améliorer les outils des plates-formes 

    Objectifs du projet:                

  • Création d’une « Check-list » à prendre en compte par les institutions lors de la création d'un site web.
  • Public cible:

  • Les publics cibles, sont les personnes prenant part à l’enquête, 20 hommes/20 femmes. Ces personnes seront sélectionnées en tenant compte, notamment, de leur nationalité, génération, éducation et de leur statut économique. 
  •  

    Trouvez plus de détails sur:

©multi Learn Logo multi Learn
Peanut Project
©Lëtz Rise Up Equipe du projet PAN Lëtz Rise Up
Le comité de pilotage de Lëtz Rise Up
 

" Being is the great explainer - c'est ça notre approche." 

    Porteur du projet: Lëtz Rise Up

    Titre du projet: Peanut Project

    Durée du projet: 1er novembre 2020 au 31 juillet 2021

    Présentation du projet: Selon une étude de l’Agence Européenne des droits fondamentaux menée entre 2015 et 2016, 40% des femmes afro descendantes interrogées déclarent avoir été victimes de discrimination à l’embauche au cours des 5 dernières années précédant la réalisation de l’étude. Le projet consiste dans la conception et l’organisation de 3 Master Class ouvertes à tous, ciblant les femmes issues de la diversité qui souhaitent se lancer dans une aventure entrepreneuriale. Ces évènements prendront la forme de discussions (talks) et d’échanges d’expériences, en mettant en avant 4 femmes entrepreneures, dont 2 ayant leurs activités au Luxembourg. Elles partageront leurs réussites et leurs échecs, ainsi que les leçons tirées de ces derniers. L’objectif de chaque Master Class sera de donner des outils techniques et des compétences relationnelles aux participantes, ceci à travers trois thèmes :

  • 21 novembre 2020 : Confiance et leadership 
  • 6 février 2021 : Femmes, pouvoir et argent 
  • 8 mai 2021 : Conciliation entrepreneuriat – famille

    Objectifs du projet: l'objectif des 3 Master class sera:

  • d'apprendre comment mener à bien son projet et faire face aux obstacles auxquelles les femmes se trouvent confrontées en terme de difficultés de financement externe,le manque de soutien ou de reconnaissance, l'intégration des femmes dans les réseaux d’affaires ;
  • de donner des informations complètes concernant les services proposés par les partenaires et les bénéfices d’intégrer l’un des parcours proposes ;
  • de contribuer à mieux connaitre le Luxembourg, ses atouts et son potentiel économique.

    Public cible: Les Master Class sont destinées aux femmes souhaitant se lancer dans un projet entrepreneurial, et plus particulièrement aux femmes issues de la diversité. L’entrée sera libre sur inscription, et les places seront limitées à 50 participantes maximum. Une collaboration est prévue avec la Chambre de Commerce, Touchpoints asbl et NYUKO.

Trouvez plus de détails sur:

©Lëtz Rise Up Logo Lëtz Rise Up
Pierres et Partages
©Le Jardin des Possibles Projet PAN Pierres et Partages

 

"A travers nos ateliers, nous avons à coeur de faciliter l'inclusion sociale et professionnelle. L'artisanat d'art oblige à chercher le geste juste pour aller vers plus de fluidité et de création, tout comme l'apprentissage d'une langue. Nos idées directrices sont le multiculturelle, le respect de l'autre, l'intelligence collective, et l'ouverture sur la société luxembourgeoise, en nous appuyant sur la confiance et l'estime de soi nécessaires pour aller vers l'autre."

    Porteur du projet: Le Jardin des Possibles

    Titre du projet: Pierres et Partages

    Durée du projet: 1er novembre 2020 au 31 juillet 2021 

    Présentation du projet: L’idée part du constat que les personnes peu ou pas scolarisées dans leur langue maternelle rencontrent de réelles difficultés d’intégration et d’apprentissage. Afin de faire face à ces « obstacles », l’asbl Le Jardin des Possibles propose un projet visant l’insertion professionnelle et sociale des bénéficiaires REVIS. Le Projet « Pierres et Partages » allie l’immersion en français, la créativité, la dynamique de groupe et les réalisations techniques, à travers l’activité de la « lave émaillée ». Pendant 9 mois, les participants au projet se familiariseront avec cette technique, lors d’ateliers animés exclusivement en français et sous l’œil avisé d’un formateur expert. Les ateliers sont ouverts à 20 participants par cycle de 3 mois, à raison de 4 demi-journées par semaine.

  • A terme, ces ateliers, donneront aux participants les outils qui leur permettront d’augmenter leurs compétences relationnelles et ainsi accroître leur potentiel d’intégration à la société luxembourgeoise et ce par le biais des points suivants: 
  • Un apprentissage par la pratique du français 
  • Un regain de confiance en soi qui résulte de la prise de parole en groupe et de la mise en pratique en situation réelle. 
  • A l’issue du projet, un bilan personnel sera établi afin d’évaluer l’évolution de chaque participant et de l’orienter de manière adaptée vers la suite de son parcours d’intégration.

    Objectifs du projet:

  • Encadrer en atelier de « lave émaillée » 60 bénéficiaires REVIS
  • Améliorer l’expression orale en langue française
  • Travailler dans un environnement multiculturel
  • Valoriser l’estime en soi et accroître les compétences
  • Orienter, éventuellement, certains participants vers une mesure TUC ou une formation professionnelle, à l’issue du projet

    Public cible:

  • Les ateliers sont destinés aux bénéficiaires du REVIS de différentes origines, qui veulent affirmer un niveau de français A1.2. 

    Trouvez plus de détails sur:

©Jardin des Possibles Logo Jardin des Possibles
Write4inclusion
©deReso Projet PAN deReso
 

"La poésie n'a pas une seule langue, et ne s'arrête pas aux frontières. En utilisant des techniques issues de l'éducation non-formelle, l'idée est de rendre plus accessible cette forme d'expression et de la coupler à une série de restitutions variées pour construire des espaces inclusifs et des opportunités fortes d’intégration partagée." 

    Porteur du projet: De Reso

    Titre du projet: Write4Inclusion - Série d’ateliers d’écriture et de restitutions sur le thème de l’intégration partagée

    Durée du projet: 1er mai 2020 au 31 janvier 2021 

    Présentation du projet: Le projet souhaite proposer une série d’ateliers d’écriture sur le thème de l’intégration partagée. Pendant 9 mois, les participants au projet exploreront l’écriture poétique en se basant sur des thématiques issues d’œuvres de 9 poètes contemporains luxembourgeois (choisis et traduits par Jean Portante). Les œuvres seront choisies pour mettre en lumière les enjeux de l’intégration partagée et aussi pour créer une passerelle entre la culture luxembourgeoise et l’expérience d’intégration des personnes présentes.

  • Dans un second temps, afin de valoriser le travail d’écriture réalisé lors des ateliers, des moments de restitutions seront organisés avec des publics divers et dans différentes régions du pays. Les restitutions seront proposées sous forme d’espaces d’échanges entre le public et les participants qui vont avoir l’occasion de lire/expliquer leurs créations poétiques devant un public. Ces restitutions seront adaptées à la situation sanitaire et sont susceptibles d’évoluer.
  • L’objectif du projet est de permettre à des citoyens, artistes amateurs, de poser un acte de participation citoyenne en s’impliquant dans la création poétique et la prise de parole dans l’espace public aux côtés de Jean Portante, en vue d’encourager la confrontation entre les œuvres choisies et les expériences individuelles et collectives des parcours d’intégration partagé au Luxembourg. 

    Objectifs du projet

  • Une ou deux restitutions seront organisées.
  • Organisation et animation de 11 ateliers d’expression poétique.
  • Capitalisation du projet : développement d’une trame pédagogique permettant d’élaborer un dossier à usage des professionnels de l’intégration, en vue de reproduire un projet similaire avec leur public cible et d’un document conceptualisant la démarche d’intervention et de mise en œuvre du projet.

    Public cible: 

  • Entre 7 et 16 hommes et femmes d’origines socioculturelles et géographiques variées et ayant au moins un niveau B1 en français, portugais ou luxembourgeois. Ces participant.es auront nécessairement un intérêt particulier pour la question de l’intégration et s’engageront, par des ateliers d’expression poétique.
  • Des partenariats prévus avec les communes de Mamer et d'Esch-sur-Alzette.
Résultats atteints:
  • Organisation de 11 ateliers d’écriture sur le thème de l’intégration partagée et rédaction de 35 textes avec en moyenne 5 participants par ateliers.
  • Partage des textes rédigés via différents canaux dont: lecture au Festival des migrations, des cultures et de la citoyenneté et diffusion sur les médias d’IKL (centre d’éducation interculturelle) et de Cultur’all asbl.
 

Trouvez plus de détails sur:

©deReso Logo deReso

 

 

Dernière mise à jour